Le Sentier des Justes en Christ

Le Sentier des Justes en Christ

Témoignage de Rosa Warmer une jeune artiste

 

 "Ce soir-là, alors que je lisais la Bible, j'assistai à un changement en moi. De plus en plus émue, j'étais comme poussée à rechercher la vérité.

J'étais dans ma trentième année. Dans mon enfance, j'avais beaucoup souffert de mon caractère entêté, de ce goût irrésistible pour la rébellion. Pendant mes années d'études de danse classique, d'artiste et de sculpteur, j'avais accepté toutes les idées rencontrées sur mon chemin, sans me soucier de leurs effets néfastes. J'avais connu l'échec conjugal, l'écroulement de tous mes projets et de tous mes rêves, les pensées de suicide, le désespoir causé par la mort de mon père et ces temps épouvantables de l'occupation nazie.

Pour la première fois, ce jour-là, un rayon de lumière grandissait à mesure que je m'en approchais. Je lus le troisième chapitre de l'évangile de Jean, où Jésus dit à Nicodème qu'il faut naître de nouveau. Naître de nouveau ! Comment est-ce possible ? Commencer une nouvelle vie ? Jusqu'à présent j'avais tout gâché. Une détresse insupportable m'envahissait. C'est à ce moment même que ma conscience s'éveilla à la grâce de Dieu. Il m'avait gardée si souvent du suicide quand je m'y étais sentie poussée. À mon insu, il avait agi, malgré mes péchés, mes sarcasmes et mon incrédulité. Je ne me souviens pas comment je m'agenouillai dans ma petite chambre. Mais je sais combien j'ai prié, pour la première fois de ma vie. Mon immense orgueil s'était tu."

"II ne s'était écoulé que trois jours depuis la première fois où j'avais entendu expliquer la Bible. Mais là dans ma chambre, je remis ma vie tout entière au Messie, le Seigneur Jésus Christ. Née de nouveau ! Une vie nouvelle ! Plus jamais Rosi ! Subitement, je me mis à rire. Ce n'était peut-être pas très respectueux, mais il me fallait rire, de joie et de soulagement. Toute ma vie, j'avais été à la recherche de quelque chose de plus grand et de meilleur. Je comprenais maintenant que j'avais cherché Jésus. Et je n'avais personne avec qui partager ma joie et mes rires ! Je repris ma Bible et commençai à relire le livre d'Ésaïe. Chaque mot semblait écrit pour moi. J'arrivai au chapitre 38 : "Voici, au lieu de la paix j'avais amertume sur amertume ; mais toi, tu as aimé mon âme, la retirant de la fosse de destruction, car tu as jeté tous mes péchés derrière ton dos".

Une grande lumière me remplit. C'est comme si mon âme jubilait, dansait comme je le faisais autrefois avec mon corps. Mon visage, dans le miroir, reflétait ce ravissement. Après tant d'années d'angoisses, de luttes, d'aspirations, j'avais trouvé la paix. Si l'heure n'avait pas été si tardive, je serais descendue dans la rue raconter aux passants ce qui m'était arrivé. Le lendemain matin, je me précipitai à la salle de réunions chrétiennes, émue au point de pouvoir à peine parler. Mais les mots étaient mutiles. Il suffisait de me voir pour savoir ce qui m'était arrivé".      

 



12/06/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 246 autres membres