Le Sentier des Justes en Christ

Le Sentier des Justes en Christ

Chapitre 18 : PORTER L’HONNEUR !

 

Nous avons parlé de chérir nos femmes, de les traiter avec tendresse et d'estimer leur valeur, malgré nos sentiments. Que ce chapitre final soit un rappel pour connaître le merveilleux qu'elle t'a donné et l'énorme honneur de  porter son témoin. Porte l'honneur noblement !

 

De Fred : HONOREZ SES PÈRES

 

En tant que père, je porte le témoin de ma fille. Je me souviens quand elle est née. Je me souviens de l'avoir bercé quand elle était malade. Sa fièvre était si haute, ses yeux roulaient dans sa tête. Après l'avoir emmené rapidement  chez le docteur, elle était si léthargique qu'elle n'a même pas senti le coup qu'il lui a donné. Je me souviens du moment où elle a pincé son doigt dans la porte de la  voiture quand je l'ai tenu près de moi. Je me souviens du temps où elle a obtenu un rôle dans une pièce de théâtre et que je m’entraînais avec elle à plusieurs reprises. Je me souviens de revoir les cartes de support visuels mathématiques avec elle nuit après nuit. Quand le volley-ball lui faisait mal aux pieds trois fois de suite à la réunion de famille, je l'ai tenu près de moi pour qu'elle puisse cacher ses larmes dans mon cœur alors qu'elle sanglotait, “ils croient tous que je ne suis pas bonne pour ça.” Je suis resté près d'elle pour le reste de la journée, en défendant son honneur et en osant effrontément une autre pointe contre ma "Cacahuète".

 

J'ai travaillé sur les mouvements  de bras de Laura pour lui apprendre à nager et j'ai sué dans  mes vêtements quand je lui ai appris à monter à bicyclette. J'ai parlé avec elle du niveau junior et comment elle était au sommet de l'adolescence. J'ai souvent été à l'autel avec elle, main dans la main, subvenant aux besoins de sa croissance spirituelle et de sa compréhension.

 

J'ai appris à la coiffer pour qu'elle soit toujours jolie, même lorsque  Maman était loin. J'ai acheté des bricoles qu'elle n'avait pas vraiment besoin — des images, des noix de cajou — simplement parce que je savais qu'elle les aimerait.

 

Je porte le témoin du soin de ma fille et aucune coiffure branché, aucune voiture rapide, ni un doux sourire ne l'enlèvera de ma main. Mon investissement est trop grand. Mon beau-fils me devra beaucoup et il fera mieux de l'honorer !

 

Quand j'ai demandé le témoin de Brenda à mon beau-père, il était sur son lit de mort. Il se fortifiait de temps en temps, mais nous savions que son temps sur la terre était presque fini. Je suis entré dans sa chambre d'hôpital, beaucoup plus fort que lui, mais beaucoup plus effrayé aussi. Je savais comment il aimait sa fille. Je savais comment autrefois il l'a tenue et l'a laissé pleurer dans ses bras quand elle est revenue à la maison avec une coupe d'écureuil au lieu d'une coiffure. Je savais comment il lui a fièrement donné une Chevy Nova  rouge d'occasion en cadeau. Je savais comment il avait l'habitude de nager dans l'océan et lui permettait de s'asseoir sur lui comme un radeau, flottant joyeusement. Je savais comment il l'avait avec zèle élevé dans la pureté, en la gardant dans l'église et loin des influences paillardes sur sa vie.

 

J'ai demandé sa main et ensuite il m'a dit quelque chose qui est resté gravé de manière indélébile dans ma mémoire au cours des années : “bien que je ne te connaisse pas bien, je sais que tu es la sorte d'homme qui fera ce qu'il dit. Je sais que tu prendra soin d'elle.” Jamais dans ma vie un homme n'a cru autant en moi, en ayant confiance en ma virilité et en me confiant quelque chose de si grande valeur. Il m'a donné sa chère et unique fille, même en sachant qu'il ne pouvait jamais reculer pour la défendre si je ne gardais pas ma parole, qu'il ne serait jamais là pour me rappeler mes promesses, qu'il ne serait jamais là pour remettre de l'éclat dans son œil si jamais je le faisais disparaître.

 

Je lui dois parce qu'il a eu confiance en moi. Je lui dois parce qu'il m'a procuré une fille si magnifique. Je lui dois à cause de son grand investissement en elle. Quand je le reverrais au ciel, je ne devrais pas détourner mes yeux d'un air penaud et honteux. Il m'a donné le témoin et je vais bien courir avec.

 

Je suis aussi redevable à son autre Père. Il a sauvé ma vie du péché et m'a recueilli du tas de cendre et m'a mis parmi les princes. Il m'a adopté et m'a donné la force pour aujourd'hui et un brillant espoir pour demain. Et il a sauvé une  petite brebis précieuse pour moi, pure sans tache ni rides, avec des yeux étincelant et un cœur doux. Il l'a formée dans l'utérus et a regardé avec joie quand elle  marchait à quatre pattes et a ensuite marché et a parlé. Il l'a vue chanter “Jette la Bouée de sauvetage” devant Lui en tant que membre des Cousins Chantants. Il a envoyé à Son Fils unique pour prévoir son avenir, la protéger et la faire voir au ciel en toute sécurité. Dieu ne trouve pas ça amusant  quand je néglige de nourrir un cœur chérissant pour elle. Il l'a élevée et l'a chéri et je dois faire de même.

 

Souviens-toi de ce qu'elle te donne

 

Ta femme a renoncé à sa liberté pour toi. Elle a renoncé à ses droits de chercher le bonheur ailleurs. Elle a échangé cette liberté pour quelque chose qu'elle a considéré comme ayant plus de valeur : ton amour et tes paroles. Ses rêves sont attachés à toi, des rêves de partage, de communication et d'unité.

 

Elle s'est engagée pour être à toi sexuellement. Sa sexualité est sa possession la plus gardée, son jardin secret. Elle a espéré que tu  sois digne de ce cadeau, mais tu as de façon cavalière vu des ordures sensuelles, polluant et jonchant son jardin. Elle mérite plus et tu dois l'honorer.

 

Tu dois aussi chérir ta femme parce qu'elle partage ses secrets les plus profonds et ses désirs avec toi. Brenda m'a raconté des histoires qu'elle n'a dites à personne d'autre. Par exemple, je connais une moquerie que, si je devais la dire, amènerait des larmes dans ses yeux immédiatement à cause d'un traumatisme d'un lointain passé. Elle a partagé des regrets longtemps brûlant et a pleuré dans mes bras.

 

Après des années de mariage, je sais ce qui exalte son âme. Je suis une fois entré dans une librairie, la laissant attendre dans la voiture. J'ai acheté un livre, dépassant la limite du "bon client”  pour gagner un certificat de cadeau de cinq dollars. Le caissier a demandé si ça devrait l'appliquer à mon achat actuel, mais j'ai dit, “non, je vais le garder pour ma femme. Elle en sera vraiment heureuse.”

 

Au même moment, Brenda est entrée. J'ai chuchoté à l'employé de bureau, “Regardez-la!” Je me suis tourné et j'ai donné le certificat de cadeau à Brenda. Elle a poussé des cris aigus et, gloussant a dit, “Oh, c'est génial !” Le caissier a ri avec moi.

 

Tu vois, je connais Brenda. C’est ma chérie et je suis le sien. Je connais ses peurs les plus profondes, ses désirs pour l'avenir ce qu'elle peut et ce qu'elle ne peut absolument pas faire face. Elle a risqué beaucoup à s'ouvrir si largement et je dois avoir un cœur chérissant pour cela.

 

En grandissant, Brenda n'a jamais craint rien parce que son papa était là. Il ne l’a jamais déshonorée, ne l'a jamais choquée, ne lui a jamais fait peur, ou laissée tomber. Elle a échangé tout cela contre un gars qui a un petit fusible, qui crie, se  dispute et la traite de tous les noms. Je suis celui qui a dérangé son estomac, en la forçant dans des situations de belle-famille désagréables sans essayer de comprendre, en la faisant par moments se recroqueviller en larmes. Elle n'a jamais fait d'échange. Elle a échangé pour une plus haute protection, mais je lui en ai donné moins.

 

As-tu donné moins ? Ta femme a risqué beaucoup et a échangé  beaucoup pour se marier avec toi. Est-ce que c'était une bonne affaire pour elle ?

 

HONORE SON ESPOIR

 

Dans mon bureau que je garde la photo en noir et blanc de Brenda quand elle avait un an. Ses petits yeux étincellent et sont remplis d'espoir et de joie de vivre, son sourire malicieux apparent même alors; ses joues ardentes, grassouillettes rayonnant de joie et son esprit insouciant. Ce visage est plein d'attentes et d'étonnement. J'ai apporté cette photo de bébé à mon bureau ça me rappelle que je dois honorer cet espoir.

 

Je suis un homme et donc j'ai  tendance à me rebeller. La vie devient très dure quelquefois et le travail peut presque me faire perdre la tête. Je dois subvenir aux besoins de quatre gamins et j'ai un registre du personnel à satisfaire. J'ai des activités d'église et des événements sportifs et des obligations sociales et ainsi de suite et quelquefois mon cœur commence à s'émietter. J'entends mon côté rebelle hurler pour mes droits, ma façon de faire, ma liberté et quelquefois j'ai envie de sauter dans la voiture et de  disparaître dans le Grand Nord-ouest. C'est Triste, mais c'est vrai.

 

Mais je ne peux pas quand je pense à Brenda. Pendant les longs jours de bataille, sa photo de bébé me rappelle toujours qu'elle est ma petite brebis, toujours plein d'espoir, croyant toujours en moi, regardant toujours devant pour "nous". Je veux l'étincellement de ces yeux de bébé brillant dans les yeux de Brenda aujourd'hui, des décennies plus tard. Je dois protéger sa beauté sa grâce et sa pureté.

 

Tu dois honorer ta femme d'un cœur chérissant. Dieu a aimé l'amour d'Urie pour Bathshéba. Dieu aime-t-il mon amour pour Brenda ? Dieu aime-t-il ton amour pour ta femme ?

 

Peu importe a quoi nos femmes ressemblent, ce qu'ils ont ou n'ont pas fait, ou si la vie s'est déroulée différemment de ce que nous nous sommes attendus. Nous devons les honorer et les chérir.

 

Manifestement la vie peut se dérouler différemment. Très différemment. Quand Brenda et moi nous nous sommes d'abord mariés, nous espérions avoir quatre ans ensemble avant d'avoir des enfants, un temps pour construire nos liens ensemble. Nous nous sommes connus seulement sept mois avant le jour de notre mariage. En plus, le papa de Brenda était mort deux mois avant le mariage. Elle a déménagé à trois heures de route de sa ville natale pour commencer notre vie ensemble. Elle avait mal pour son père et elle ne pouvait pas soutenir sa mère dans son chagrin à cette distance. Nous cherchions une église et n'avions aucun ami. Elle avait un nouvel emploi et j'étais assez nouveau dans le mien. Dans les ventes de commission, l'argent était un peu juste. Après les frais, le revenu de ma première année était au-dessous du seuil de pauvreté et j'avais aussi une dette scolaire et d'affaires d'une valeur de quinze mille dollars. Nous chancelions aussi sous les problèmes de belle-famille.

 

Comme j'ai dit, notre mariage s'est presque émietté sous cette pression. Alors, au milieu de toutes ces choses, Brenda a annoncé qu'elle était enceinte peu de temps après notre premier anniversaire de mariage.

 

Après que Jasen soit né, le garçon ne dormait pas la nuit. Nous avons essayé tous les trucs, même en lui permettant de crier pendant de longues périodes, quelquefois pendant des heures. Notre découragement s'affaiblissait presque. Désorientée, Brenda ne pouvait pas prendre un autre coup. La vie ne s'était pas passée comme nous avions espéré et trop souvent je n'avais pas un cœur chérissant. Avec reconnaissance, je venais de prendre l'engagement  avec Dieu devant le réfrigérateur de “manger du gravier”. En lisant l'histoire d'Urie pour la première fois, j'ai commencé à voir Brenda d'une nouvelle façon. J'ai commencé à la chérir, malgré les circonstances. J'ai commencé à la traiter avec tendresse, en la chérissant malgré mes sentiments. J'ai décidé de me lever en même temps que mon fils chaque fois qu'il se réveillerait la nuit bien que Brenda ne travaillait pas  à l'extérieur de la maison après que Jasen soit né. Logiquement, puisqu'elle ne travaillait pas et qu'elle pouvait se reposer à différents moments de la journée, ca aurait du être à elle de se lever. Selon certains critères, je devrais avoir dit, “Allons, tu es une grande fille maintenant. Sors de tes bottes et ne sois pas si molle !” Mais n’importe qui aurait pu dire ça. Elle pourrait avoir eu ce genre de traitement en tant que femme célibataire.

 

Mais elle s’était mariée à moi et elle était ma petite brebis. Je l'ai chéri, en la tirant d'embarras quand elle en avait le plus besoin. Comment pourrais-je le faire ? Elle n'était plus la personne avec qui je pensais m'être marié et je ne me sentais pas toujours tendre envers elle, mais je l'ai fait parce que c'était juste. Les sentiments tendres ont suivis plus tard.

 

Une PROMESSE

 

Pendant cette même période, j'ai remarqué une chose particulière. L'épuisement physique de s'occuper des enfants, le sommeil incertain la nuit (elle se levait pour s'occuper de Jasen et me le donnait ensuite) ainsi que l'épuisement psychologique a détruit Brenda. Si elle se réveillait le matin et trébuchait dans une cuisine sale, elle était immédiatement découragée et avait de la difficulté à commencer  sa journée. Son courage fondait; elle trouvait plus facile juste de rester dans ses pyjamas toute la journée. La vie semblait sombre et lugubre.

 

Je n'aimai pas que ma petite  brebis commence sa journée  comme cela. Oui, j’aurais pu  demander à Brenda de progresser, de serrer les dents et de pousser plus fort. Je pourrais lui avoir rappelé qu'elle n'était pas fidèle à mes attentes. Au lieu de cela j'ai fait une promesse à ma femme que je n'irais jamais au lit avec la cuisine sale.

 

Je savais que cette promesse me coûterait. À cause de son épuisement, ça voulait dire qu'elle foncerait souvent au lit et me laisserait tout seul pour faire tous les plats et frotter toutes les casseroles. Ça voulait dire qu'elle serait souvent endormie quand j'arriverai au lit et que je manquerais les relations sexuelles. Ça voulait dire que je manquerais de sommeil précieux, mais je savais aussi que je pourrais chérir ma petite brebis de façons qu'elle n’aurait jamais pensé possible. Je n'ai jamais brisé ma promesse.

 

J'ai chéri Brenda quand les sentiments n'étaient pas là et mes sentiments sont revenus. Finalement, elle est devenue la femme qu'elle est aujourd'hui. Elle est tout que je savais qu'elle serait. Mais tu sais quoi? Elle est plus encore. Elle a vu mon cœur chérissant et a arrêté de parler de divorce. Ces jours-ci, quand je parle de la Parole de Dieu et de  vivre selon Ses normes, j'ai de la crédibilité auprès d'elle parce que je me suis éprouvé avec elle pendant les pires moments.

 

TON CHANT

 

Notre mot de la fin pour toi : si chérir est quelque chose, c'est aimer ta  femme pour ce qu'elle est aujourd’hui, pas un autre jour de la vie. C'est donner la place à toutes les surprises et les incohérences qui ont été cachées jusqu'à ce que la vie l'a lance dans sa nouvelle direction.

Ta femme a un cœur qui bat toujours comme le cœur d'un petit agneau, un cœur qui sautille toujours dans les prairies de l'espoir et du désir, en ayant très envie d'amour. C'est peut être difficile à voir. Peut-être que son père était un alcoolique ou un abuseur qui ne l'a pas protégée. Peut-être qu'elle n'est pas si chrétienne que ça. Peut-être qu'elle était immorale avant de te rencontrer. 

 

C'est peut-être ainsi. Mais nous savons que d'autres choses sont aussi vraies.

 

En te faisant confiance, elle a vraiment renoncé à sa liberté individuelle, en croyant que tu lui  fourniras l'amour et la protection.

 

Elle est la petite brebis de Dieu sans tenir compte de la douleur et du péché qu'elle a commis et Il te l'a confiée.

 

Peux-tu voir dans son âme ? Ton  cœur se met-il à aimer la tâche ?

Il y a t-il quelque chose de plus noble que de faire la promesse solennelle de chérir ta seule et unique ?

 

Sois satisfait de la femme de ta jeunesse. Si elle n'est pas tout ce que tu espérais souviens-toi que Dieu t’a honoré avec cette petite brebis. Peux-tu prendre l'engagement de la chérir aujourd'hui ? Si oui, que ta pensée soit transformée par la Parole. Que  ton cantique soit le Cantique des  cantiques :

 

 Que tu es belle, mon amie, que tu es belle ! Tes yeux sont des colombes, …

Tes lèvres sont comme un fil cramoisi, Et ta bouche est charmante …

Tu es toute belle, mon amie, Et il n'y a point en toi de défaut.  …

Tu me ravis le cœur, ma sœur, ma fiancée, Tu me ravis le cœur par l'un de tes regards, …

Que de charmes dans ton amour, ma sœur, ma fiancée! …

 Ta tête est élevée comme le Carmel, Et les cheveux de ta tête sont comme la pourpre; Un roi est enchaîné par des boucles!...

Que tu es belle, que tu es agréable, O mon amour, au milieu des délices!

(Cantique des cantiques 4:1, 3, 7,9-10; 7:5-6)

 

le Coeur d'Une Femme

 

Chérir peut se faire de beaucoup de façons. Une des plus simples que nous avons entendu était de Frances, qui a dit, “je suis toujours ravie de voir mon mari, même lorsque il est de l'autre côté de l'église.”

 

Deena a dit, “je fais de son mieux pour parler seulement des bonnes choses sur lui et développer sa réputation. J'essaie de ne pas le diminuer même en le taquinant, étant sûr de considérer ce qu'il ressent autant que ce que ressens moi même ces jours-ci.”

 

Brenda a dit, “Chérir se manifeste souvent dans les choses quotidiennes simples plus que dans les grandes choses romantiques. Les choses comme  faire mon travail à la maison et couper les finances si nécessaires. Ca devrait aussi se voir dans mon désir évident d'être avec Fred tout le temps. ”

 

Ces actes quotidiens créent des sentiments de chérissement et de tendresse, mais la comparaison peut déchirer le cœur d'un homme. Les gars comparent les voisinages dans lesquels ils vivent, les voitures qu'ils conduisent, les gens qu'ils fréquentent et les familles dont ils viennent. Beaucoup d'hommes se battent avec cela à un certain degré, mais la plupart d'entre eux ne révéleront jamais ce côté à leurs femmes, même lorsqu'on va leur demander. Ils se sentent piégés par leur destin.

 

Ce n'est pas la partie de la ville où nous y vivons qui décide de notre destin final. Généralement, c'est quelque chose que nous ne pouvons pas contrôler. Ce que nous pouvons contrôler c'est combien d'espoir nous donnons à notre époux. Ce qu'un mari a besoin c'est de quelqu'un qui puisse le regarder profondément dans les yeux pour lui rappeler que sa femme l'aime et que Dieu l'aime.

Quand Ellen a dit à son mari qu'elle était satisfaite de vivre avec le revenu qu'il fournissait sans plainte ou comparaison, il était épanoui. Pour Ellen, cette essence est inestimable. “Mon but dans la vie, à part aimer et obéir à Dieu, a été d'aimer, d'apprendre de mon mari, de l'aider à s'épanouir et jouir de la vie commune.”

 

Si Brenda comparerait Fred à certains de ses pairs au lycée, elle constaterait qu'il se débrouille tout à fait bien. Si elle le comparerait financièrement aux gens de  l'église, elle trouverait probablement sa famille quelque part dans le milieu. Si elle le comparerait à ses pairs de Stanford, il se classerait probablement comme un chien en bataille, sous performant. Mais c'est comme ça que marche la comparaison. C'est relatif et donc, peu fiable.

 

Qui s'en soucie en tout cas ? “La chose essentielle que je dois à Fred est la fidélité et la loyauté,” a-t-elle dit. “Personne d'autre dans sa vie ne s'est avéré complètement vrai dans ces domaines. Je suis absolument convaincue que bien que nous puissions ne pas être d'accord  quelquefois, je lui serai toujours fidèle. Je resterai sa seule et unique. ”

 

Brenda respecte qu'elle est démasquée et traite les points faibles tendrement. Quand elle le chéri comme cela, cela devient facile pour Fred de la chérir en retour.

 

Aujourd'hui peut être que tu ne te sens pas chérie à cause du péché sexuel de ton mari. Quand nous avons demandé aux femmes si elles pouvaient chérir leurs maris si elles les trouvaient coincés dans le péché sexuel, leurs réponses étaient incertaines.

 

Ellen a dit, “j'essaierais. J'aurais un si grand chagrin et une si grande  déception. Ca prendrait du temps et beaucoup de prière pour le chérir complètement. Je demanderais à Dieu de m'aider à le chérir comme je devrais. Ce serait très difficile. Pas difficile de l'aimer, mais difficile de le chérir, surtout s'il avait un problème et ne l'avait pas partagé dès le début. La confiance serait brisée et je  sentirais qu’il n'avait pas confiance en moi ou il aurait partagé le problème pour que nous puissions trouver de l'aide. ”

 

Frances a utilisé le mot clé “le respect.” “Ca serait très difficile de le respecter et d’avoir confiance en  lui.” Son cœur chérissant serait le soutien de sa vie, puisque le respect est l'essence du chérissement.

 

Cathy a dit, “Après le choc initial, s'il montrait un vrai désir de se purifier et après une guérison du Seigneur, je crois que je le chérirais toujours. Apres tout, nous avons tous des faiblesses et un péché qui empiète dans nos vies.”

 

Andrea a dit, “parce que nous nous en sommes déjà occupés une fois, je peux vraiment apprécier l'incroyable emprise que les problèmes des impuretés sexuelles ont. La Bible est très claire que tout péché est péché; un péché n'est pas mieux qu'un autre. L'année passée ou les deux dernières, Dieu m'a vraiment travaillé pour ne pas juger les gens et leurs péchés, mais plutôt leur témoigner de la sympathie et prier avec eux. Donc j'espérerais que je verrais ça de la même manière avec mon mari et je le chérirais toujours pour qui il est. ”

 

À la fin, les femmes doivent toujours chérir leurs maris. Aucun péché ne libère les maris ou les femmes de cette responsabilité.

 

Nous nous battons tous avec le péché. Nous tous nous battons avec le sacrifice de nos propres royaumes visibles pour le royaume invisible de Dieu. Dans n'importe quelle mesure que ton mari a gagné sa bataille contre le péché sexuel, il mérite un respect supplémentaire. Mais même dans la défaite il a besoin de ton  respect. Chéri-le.

 

Trouve la nature la plus profonde de ton mari et Chéri-le dans un esprit de sacrifice comme Dieu a fait sur la croix. Respecte-le et honore-le, même s’il peut sembler qu'il n'en soit pas digne. Donne-toi  complètement a lui. Examine son âme et chante :

Mon bien-aimé [mon mari] est blanc et vermeil; Il se distingue entre dix mille. .

Sa tête est de l'or pur; Ses boucles sont flottantes, Noires comme le corbeau. …

Son palais n'est que douceur, Et toute sa personne est pleine de charme. Tel est mon bien-aimé, tel est mon ami. …

Je suis à mon bien-aimé, Et ses désirs se portent vers moi …

Dès le matin nous irons aux vignes …

Là je te donnerai mon amour.

Les mandragores répandent leur parfum, Et nous avons à nos portes tous les meilleurs fruits, Nouveaux et anciens: Mon bien-aimé, je les ai gardés pour toi. 

(Cantique des Cantiques 5:10-11,16; 7:10,12-13)



29/03/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 237 autres membres