Le Sentier des Justes en Christ

Le Sentier des Justes en Christ

Incompréhensible abaissement


La vraie grandeur accepte de s'abaisser. Combien il est grand, ce Sauveur qui reçoit l'hommage muet d'une femme chargée de péchés ! (Luc 7. 36-50). Quitte à scandaliser l'orgueil religieux de Simon le pharisien, Jésus laisse cette femme lui rendre l'adoration de la façon la plus touchante : émue, elle pleure humblement à ses pieds, les couvre de baisers et y verse du parfum.

Qui de nous pourrait s'estimer digne d'un regard attentif de Jésus ? Et pourtant, personne n'est trop petit, ni trop coupable, personne n'est trop insignifiant pour le Seigneur Jésus. Que ce soit cette femme stigmatisée à cause de sa vie de péché, exclue de la bonne société ; ou Zachée, collecteur d'impôts, cible de fausses accusations, qui était monté sur un arbre pour voir passer Jésus ; ou encore Nicodème, chef spirituel des Juifs, qui était venu voir Jésus de nuit, tous ont pu avoir accès auprès du Sauveur. Moi-même aussi, et toi, lecteur, qui que tu sois.

La vraie grandeur n'effraie pas, et ne repousse personne. Elle est humble et accepte un abaissement total. Jésus en a été la parfaite expression. Il était Dieu, et il est apparu parmi les hommes, non comme le Dieu saint pour juger les pécheurs, mais comme le Sauveur humble et débonnaire pour donner sa vie pour tous. Il "s'est anéanti lui-même, prenant la forme d'esclave, étant fait à la ressemblance des hommes ; et... il s'est abaissé lui-même, étant devenu obéissant jusqu'à la mort, et à la mort de la croix" (Philippiens 2. 7, 8).



20/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 246 autres membres