Le Sentier des Justes en Christ

Le Sentier des Justes en Christ

Félix n'avait pas le temps


 

Qu'était en réalité ce "très excellent" gouverneur Fé­lix dont nous parlent les chapitres 23 et 24 du livre des Actes ? Par son moyen, on jouissait dans le pays d'une grande tranquillité, dit l'orateur Tertulle en lui adressant des louanges intéressées. Bien que l'histoire le présente comme immoral et sans scrupules, il se montre tolérant, large d'esprit à l'égard de l'apôtre Paul : il l'écoute avec bienveillance, ordonne qu'on laisse au prisonnier un peu de liberté et qu'on n'empêche aucun des siens de le servir. Mais, mis par l'apôtre en contact avec la vérité, il a cette parole inattendue : "Pour le présent, retire-toi ; quand je trouverai un moment convenable, je te ferai appeler" (Actes 24. 25).

 

Ce n'est pas un opposant ni un moqueur. Non, il y a chez lui un certain intérêt pour son prisonnier qui l'impressionne, mais il n'a pas le temps d'écouter le message de l'Évangile. Il ne veut pas le rejeter définiti­vement, mais sa conscience résiste, il ne veut pas venir à la lumière. "Pour le présent, retire-toi ; quand je trouverai un moment convenable..." Ce moment est-il jamais venu ?

 

Félix cherchait à être populaire, et en quittant son poste de gouverneur, il laisse Paul en prison sans mo­tif valable, pour plaire aux Juifs. Ses intérêts politi­ques étouffaient la voix de sa conscience... Il a man­qué volontairement le moment favorable, "le jour du salut" (2 Corinthiens 6. 2).

 

Ne faites pas comme lui. Aujourd'hui, si vous enten­dez la voix du Seigneur, n'endurcissez pas votre cœur.



21/02/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 246 autres membres