Le Sentier des Justes en Christ

Le Sentier des Justes en Christ

Une porte condamnée


Devant le portail d'un Château médiéval, une foule de visiteurs attend. C'est sûrement l'entrée officielle du château. Je rejoins la file d'attente, mais je remarque, un peu plus loin, une petite porte par laquelle pénètrent deux personnes. D'autres s'en approchent aussi et, apparemment, la porte s'ouvre dès qu'on frappe. C'est alors que j'aperçois au-dessus du portail un écriteau : "Porte condamnée". Pourquoi tant de personnes attendent-elles encore là ? N'ont-elles pas remarqué l'écriteau ? Il semble plutôt qu'elles aient suivi la foule sans réfléchir.

Dans la vie courante, le comportement des autres peut nous induire en erreur. Pour notre avenir éternel, le risque est grand d'être trompé par le grand nombre. Beaucoup de gens vivent comme si Dieu n'existait pas... mais qu'en sera-t-il quand ils le rencontreront ? Certains croient que les bonnes œuvres sont le moyen d'être admis au ciel, et cela est enseigné dans de nombreuses religions.

Dieu avait autrefois donné sa Loi au peuple d'Israël. Et quand Jésus est venu sur la terre, il a confirmé à un docteur de la Loi : "Fais cela et tu vivras" (Luc 10. 28). Mais personne n'a jamais pu le faire. Alors, Dieu a condamné une fois pour toutes cette porte du salut par les œuvres. Désormais, il faut passer par une autre porte, celle du salut par la grâce ! Mais c'est une porte méprisée par beaucoup. Et pourtant, cette porte s'ouvre instantanément à celui qui frappe. Jésus lui-même est cette porte méprisée : "Moi je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé" (Jean 10. 9).



18/12/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 246 autres membres