Le Sentier des Justes en Christ

Le Sentier des Justes en Christ

Voici comment vous devez prier :

 

"Quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites : ils aiment à prier debout dans les synagogues et au coin des rues pour que tout le monde les voie. Je vous le déclare, c'est la vérité : ils ont déjà leur récompense. Mais toi, lorsque tu veux prier, entre dans ta chambre, ferme la porte et prie ton Père qui est là, dans cet endroit secret ; et ton Père, qui voit ce que tu fais en secret, te récompensera. Quand vous priez, ne répétez pas sans fin les mêmes choses comme les païens : ils s'imaginent que Dieu les exaucera s'ils parlent beaucoup. Ne les imitez pas, car Dieu, votre Père, sait déjà de quoi vous avez besoin avant que vous le lui demandiez. Voici comment vous devez prier :

“Notre Père qui es dans les cieux, que chacun reconnaisse que tu es le Dieu saint,"… (Matthieu 6:5 -9) BFC.

 

Pendant trop longtemps, nous avons pratiqué et prêché la prière comme un moyen de parvenir à nos propres fins. Je pense à plusieurs enseignements populaires et à des livres sur le marché aujourd'hui qui font de la prière un rituel par lequel nous pouvons inciter Dieu à nous donner ce que nous voulons. Cette philosophie nous donne l'illusion d'une divinité gérable, d’un "dieu" qui est sous notre contrôle, n'ayant pas d'autre choix que de répondre à une prière correctement rédigée ou récitée. Une personne d'intelligence moyenne devrait être en mesure de voir qu'il s'agit d'une caricature ridicule de Dieu - c'est une fausse déclaration et une tromperie. La popularité et le succès de ces enseignements généralisés devraient nous rendre au moins un peu méfiant quant à l'esprit qui incite les hommes à les perpétuer. Ce ne peut pas être le Saint-Esprit.

 

Jésus prend pour acquis que ses disciples vont prier. C'est pourquoi quatre fois de suite, il dit: "Quand vous priez" et non "Si vous priez." Mais à partir de ces brefs extraits de l'Écriture nous apprenons qu'il existe au moins deux types de prière. L'une est inacceptable pour Dieu, et l'autre Lui est bien agréable. L'une vient d'hypocrites, l'autre vient d'un cœur pur. L’une est faite publiquement pour être vus des hommes, l'autre est cachée pour être vu de Dieu seul. L’une n'est rien de plus que de vaines répétitions pour arriver à mes propres fins, et l'autre accomplit le but de Dieu.

 

Maintenant, si nous prions la prière de l'hypocrite, nous perdons notre temps. Dieu ne répondra pas, il n’agira pas, il ne va pas écouter une telle prière. Cela ne veut pas dire que quelqu'un (ou quelque chose ?) ne répondra pas à cette prière égocentrique: mais la réponse, quand et si elle vient, ne viendra pas du Père dans les cieux. Beaucoup de prières sont faites en vain, car celui qui prie n'est jamais allé dans la Parole pour rechercher le genre de prière qui est agréable à Dieu. Tout comme il y a un culte qui est "en Esprit et en vérité" et il y a un culte qui est charnel et vain, il y a donc une sorte de prière "en esprit-et-en vérité"  et une prière qui est faite par la chair et le sang dans la vanité.

 

Donc, par la grâce de Dieu, nous aimerions regarder au Seigneur pour qu’il nous enseigne à prier. Demandons-Lui de nous montrer le genre de prière qui est lui acceptable.

 

Comment ne pas prier.

 

"Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier debout dans les synagogues et aux coins des rues pour qu'ils puissent être vus des hommes.

Je vous le dis en vérité, ils ont déjà reçu leur récompense (Matthieu 6:5) ".

 

Qu’est-ce qui rend une prière hypocrite ? C'est une prière qui est faite en public pour être vue des hommes. Il s'agit d'un spectacle extérieur pour paraitre spirituel aux yeux des autres. Cela attire l'attention sur soi-même par une voix forte, un long discours, ou un vocabulaire qui parait spirituel.

Il est principalement fait pour une cérémonie essentiellement, pour que des hommes l'écoute, et non pour Dieu. Nous voulons être vus et entendus et observés. Nous tenons à être connus comme des "guerriers de la prière" nous préférons faire nos prières en public, à coté de l'autel, dans l'église, ou lors d’une réunion de prière, de sorte que tout le monde puisse nous voir. Nous voudrions que les  gens nous connaissent comme une sentinelle, un prophète, et un intercesseur. Mais ce qui importe le plus n'est pas la façon dont les gens nous perçoivent, mais comment nous sommes réellement devant Dieu.

 

Les Hypocrites utilisent généralement la prière publique pour prêcher ou demander quelque chose aux autres. J'étais à une réunion une fois quand on a demandé à un nouveau venu de prier. Il n’a pas fallut longtemps pour qu’il commence à parler de ses besoins financiers comme s'il parlait au Seigneur, mais il cela aurait dû être évident qu'il était simplement là pour faire connaître à tous ceux qui étaient présents qu'il attendait un don monétaire. Il a même dit: "Je prie pour que quelqu'un me donne l'argent dont j'ai besoin." Et bien sûr, après la réunion, quelqu'un l'a fait. Mais ni celui qui a prié ni celui qui "a répondu" à sa prière n’était dans l'Esprit. Cet homme aurait dû être réprimandé, mais personne ne s'est levé pour le faire, moi y compris. Donc, nous sommes tous passés à côté de  l'Esprit, mais nous avons appris une leçon. Et nous n'avons plus jamais entendu parler de cet homme.

 

Les prédicateurs sont également coupables d'hypocrisie interminable. Il est intéressant d'observer comme la prière de quelqu'un qui prie debout sur une estrade devant les autres peut être différente quand il prie dans d'autres endroits. Cette personne semble croire que les projecteurs exigent certains mots et certaines expressions à utiliser qui ne seraient pas utilisés autrement. Cela, aussi, est fait pour le bénéfice des auditeurs. Les gens disent "Oh, comme ces prières sont puissantes !"  Mais cela ne signifie pas que leurs prières soient nécessairement puissantes pour Dieu.

 

Particulièrement à une époque où les réunions de prière, les rencontres de prière, les retraites de prière, et le combat spirituel sont mis en avant, il est important de comprendre ce que le Seigneur attend afin que nous ne tombions pas dans le piège de la vanité. L'expérience de nombreux saints semble indiquer que plus nous prions en privé, moins nous allons prier en public. Les mots seront moins nombreux, mais ils auront beaucoup plus de poids et seront précieux. Un frère était si brisé devant Dieu en privé que chaque fois qu'il entrait venait sur l’estrade pour prier publiquement, tout ce qu'il pouvait faire était de tomber sur le lutrin (porte livre) et pleurer, "Oh mon Dieu!" Voilà le bon esprit, et comme je souhaite que nous ayons plus de ce genre de prière.

 

"Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, et après avoir fermé la porte, prie ton Père dans le secret, et ton Père, qui voit ce qui se fait en secret, te le rendra (Matthieu 6:6)."

 

Pourquoi le Seigneur préfère la prière secrète à la prière faite dans la synagogue (ou dans le bâtiment de l'église) ?

La prière qui à le plus de valeur pour Dieu se fait dans le secret, dans le secret de la prière, dans la chambre intérieure où les yeux de l'homme ne peuvent voir et les où les oreilles de l'homme ne peuvent entendre ce qui est dit et fait. Ainsi, tout ce qui est dit et fait dans le secret l’est pour l'amour du Seigneur. La plupart des prières publiques sont faites pour être vus des hommes; par conséquent, cela n'a pratiquement aucune valeur. Une abondance de prière publique ne peut pas compenser un manque de prière secrète.

 

Quand j’étais encore enfant, j'ai pris cette Écriture à la lettre. Je voudrais aller dans un placard et fermer la porte, pour prier le Seigneur dans le secret. Quand je suis devenu plus âgé, je voulais monter au sommet d'un arbre pour prier et lire. Ou je sortais discrètement dehors alors qu'il faisait encore sombre pour aller prier. Quand je repense à ma vie, je n’ai jamais eu de plus doux moments de prière et de communion que ceux-là.

 

Peu importe si votre placard est un placard littérale ou non. Le problème est le genre de prière qui est offerte, si elle est faite pour être vue des hommes ou si elle est faite pour être vu de Dieu. Si nous prions le Seigneur pour l'amour du Seigneur alors nous voudrons garder les choses qui sont saintes, saintes, les choses privées, privées, et les choses sacrées, sacrées. Nous n'allons pas facilement répéter à d'autres les détails intimes de ces rencontres avec Dieu. Ce serait presque un sacrilège de le faire.

 

La prière et l'adoration sont-ils un mode de vie, ou un événement ? Si c'est un événement, si la plupart de nos prières se font une fois par semaine quand nous nous réunissons, alors nous aurons un manque spirituel. Nous ressentirons ce manque quand nous essayerons d'appuyer sur un bouton et de devenir assez spirituelle pour prier. Mais nos prières en commun ont leur base dans nos prières secrètes. La valeur réelle n'est pas ce qu'on voit à l'extérieur, mais ce que nous sommes intérieurement, sous la surface, alors que nous servons le Seigneur dans le secret.

 

"Mais quand vous priez, n'utilisez pas de vaines paroles, comme les païens le font, car ils pensent qu'ils seront exaucés en parlant beaucoup (Matthieu 6:7)."

 

Le mot grec pour "vain" ici est intéressant. Il s'agit de la base d'un autre mot qui signifie «gérer ou presser» et implique une manipulation, comme quelqu'un manipulerait de l'argile pour en faire quelque chose comme un bol ou un vase. Il est utilisé par Jésus dans un autre contexte, Matthieu 15:7-9:

 

"Hypocrites, Ésaïe a bien prophétisé sur vous, en disant: "Ces gens s'approchent de moi avec leur bouche, et m'honore des lèvres, mais leur cœur est éloigné de moi, c’est en vain qu'ils m'honorent, en enseignant pour doctrines des commandements d'hommes."

 

Il y a une chose qu’on appelle la prière vaine et un culte vain. Il y a ce qu'on appelle un sacrifice agréable à Dieu et un sacrifice inacceptable pour Dieu (voir l'histoire de Caïn et Abel dans Genèse 4). Nous savons exactement ce que Dieu cherche, et c’est "en Esprit et en Vérité." Nous savons aussi ce qu'il considère comme vanité, comme manipulation, comme une perte de temps et comme égocentrique. La vanité veut dire s'approcher de lui avec notre bouche et l'honorer de nos lèvres alors que notre cœur est éloigné de Lui. Elle inclut l'enseignement des choses de l'homme comme si c’était des choses de Dieu. Elle inclut la répétition des mêmes prières encore et encore avec pour objectif la manipulation de Dieu. Elle inclut 95% de tout ce qui se dit et se fait dans une réunion d'église typique du dimanche matin. Continuellement en demandant à Dieu de bénir notre culte inacceptable chaque semaine est un exemple de vanité. "C'est en vain qu'ils m'honorent."

 

C’est peut-être un choc et une surprise pour la plupart des gens d'apprendre qu'une grande partie de ce qu'ils font, même les choses spirituelles (particulièrement les choses spirituelles), ne sont que vanité. Les gens ont appris que tant qu'ils vont à l'église et prient les bonnes prières pour la protection, les bénédictions, la puissance ou l'onction alors tout ira bien pour eux. Les gens qui ont une telle relation avec Dieu se comportent comme des païens - Jésus le dit. Les païens ne sont pas irréligieux. Ils adorent ! Ils prient ! Les hypocrites donnent ! Les hypocrites jeunent ! Les hypocrites font des miracles dans le Nom de Jésus ! Mais selon Jésus, tout cela ne vaut rien. Tout est en vain. Ils ne le connaissent vraiment pas, et il ne "les connaît" pas non plus.

 

"Ne soyez pas comme [les païens], car votre Père sait de quoi vous avez besoin avant que vous le lui demandiez. " (Matthieu 6:8)

 

Voici quelque chose d'intéressant ! Jésus dit de ne pas prier comme si nous serions exaucés à force de paroles ou en faisant de grands discours, parce que le Père sait ce dont nous avons besoin avant que nous lui demandions. Eh bien ! A quoi cela sert-il de prier ? Si Dieu sait ce dont j'ai besoin avant que je demande, à quoi ça sert de demander ? Si la prière n'est rien de plus que de faire connaître mes besoins à Dieu, alors peut-être que nous pouvons cesser de prier, car il les connait déjà. Mais peut-être que la prière, comme Jésus l'enseigne, n’a pas grand chose à voir avec faire des demandes au Seigneur pour que mes propres besoins soient satisfait. Si c’est vrai, alors continuer à prier en fonction de mes besoins n’est que vanité. La vanité est non seulement futile, mais c'est de l'égocentrisme. Ainsi, "Ne soyez pas comme les païens, qui répètent vainement les mêmes prières pour que leurs propres besoins soient satisfaits."

 

Jésus ne dit pas que puisque le Père sait ce dont nous avons besoin, nous n'avons pas à prier - mais s'Il sait déjà ce dont nous avons besoin, alors ça devrait certainement changer la façon dont nous prions. Lorsque nous prions, nous ne devrions pas nous comporter comme des hypocrites ou des païens, obsédés par eux-mêmes. Nos besoins sont déjà connus du Seigneur. Donc, ce n'est pas comme si nous devons aller à Dieu pour l'informer des détails de notre situation afin de lui faire apprécier pleinement ce qui se passe. Nous pourrions donner à notre médecin de telles informations détaillées pour qu’un bon diagnostic puisse être fait, mais le Seigneur n'a pas besoin de notre aide pour l'aider à comprendre le problème. Il n'a pas non plus besoin de nous pour lui dire ce qui doit être fait, comme si nous savions quoi demander et que lui ne le savait pas.

 

Et si la prière était quelque chose de plus profond que de répéter mes besoins au Seigneur ? Et si la prière était un moyen vers une fin plus haute que de résoudre mes problèmes dans ma situation et mon entourage ? En d'autres termes, si la prière n'était pas du tout que pour mes besoins, mes désirs, mes demandes, ou ma situation ? Et si la prière était destinée à répondre aux besoins de l'Éternel ? Et si, au lieu de venir au Seigneur avec nos attentes pour avoir un résultat, nous venions au Seigneur, en étant intéressés de savoir ce qu’il attend de nous ? Et si la prière n'était pas du tout une façon d’exprimer MA volonté, mais plutôt de donner la parole à sa volonté ?

 

Ce concept peut être trop radical pour certains, car il faudra qu’ils meurent un peu plus à leur Moi. Mais puisque le Père sait ce dont nous avons besoin avant que nous lui demandions, la prière ne doit pas porter essentiellement sur ce qu'il sait déjà. Puisque nous devons prier, et puisque le Seigneur connaît nos besoins déjà, cela ne montre-t-il pas le signe d'un appel plus élevé et d’un travail plus profond à faire dans la prière que de simplement exprimer mes demandes de prières personnelles ? Pour les païens et les hypocrites, qui sont tellement absorbés par eux mêmes, la vanité (la futilité et l’égocentrisme) sont évidents partout, et dans leurs prières en particulier. Selon les Ecritures, il semble que Jésus nous apporte une compréhension plus profonde de la prière. Alors, de quelle manière devons-nous prier alors ? Jésus le dit très clairement.

 

Comment prier.

 

Priez de cette manière: "Notre Père qui est aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite: sur la terre comme dans le ciel (Matthieu 6:9,10). "

 

Maintenant que nous connaissons le genre de prière qui n'est pas acceptable pour le Seigneur, il est temps pour nous de regarder le genre de prière qui est acceptable. Le Seigneur Jésus ne nous donne pas une prière à répéter mot pour mot, car ce serait contraire à tout ce qu'il nous a dit jusqu'à présent (observer comment nous nous accrochons encore à elle rituellement de toute façon). Au lieu de cela, il nous donne un modèle, un prototype, une fondation de toute prière en disant: "Priez de cette manière", ou: "Priez selon ces principes."

 

Immédiatement, nous quittons notre situation terrestre pour nous concentrer sur un Père céleste, un royaume céleste, et une Volonté céleste. Je crois qu'il est très important pour nous de voir cela. La prière ne commence pas sur la terre, elle commence dans les cieux. Elle ne commence pas avec l'homme, elle commence avec le Père. Elle ne commence pas par le besoin de l'homme, mais avec la volonté de Dieu. Notre prière est inefficace parce que nous prions en tant qu'hommes terrestres avec une perspective terrestre au sujet des choses terrestres. Voyez combien cette manière de prier est éloignée et élevée, comparé à celle de l'hypocrite, qui prie en public pour être vus des hommes ! La prière doit nous amener dans les lieux célestes, non pas nous faire tomber plus profondément sur terre. Elle doit concentrer notre vision sur le Père, non pas sur l'homme, ou les problèmes de l'homme. La prière spirituelle commence dans l'Esprit, la prière céleste commence dans les lieux célestes.

 

Quand nous prions "de cette manière" nous sommes transportés et élevés au-delà de la chair et du sang, au-delà du naturel, au-delà de ce qui est terrestre, au-delà de ce qui est vu et ressenti dans l’univers dans lequel nous vivons. Nous sommes d’un coup sur la même longueur d’ondes avec quelqu'un de plus grand que nous-mêmes, quelqu'un de plus, quelqu'un de plus grand. Cette personne a un programme, et coordonne tout ensemble suivant ce programme. Quel est le programme ? C'est la Volonté et le Royaume. Alors, quelle est la Volonté et le Royaume ? La volonté est «toutes choses en Christ» et le Royaume est l'accomplissement de cette volonté, quand Christ a la prééminence. Tous les mouvements de Dieu sont dirigés vers cette fin.

 

Donc, l'objectif principal de la prière est de nous amener à coopérer avec le Père pour que nous soyons en harmonie avec lui - en ce qui concerne notre relation d'amour ainsi que notre relation de travail. Beaucoup de temps et d'efforts dans la prière sont dépensés en essayant d'obtenir que Dieu participe à notre programme, avec nos plans, avec nos objectifs, avec notre cause, avec nos besoins, réels ou imaginaires. Mais après tout, qui est le maître ? Qui est le serviteur ?  La volonté de qui cherchons-nous de toute façon : la nôtre ou la sienne ? Si nous n'avons pas abordé la Volonté et le Royaume dans notre prière alors nous prions en vain, parce que Dieu ne peut pas se contredire, et ne peut pas répondre à une telle prière. Si notre programme n'est pas en harmonie avec le sien alors notre programme doit s’effacer. La plupart de nos prières sont tout simplement trop petites, trop bornées et trop resserrées. Nous ne voyons rien au-delà de notre environnement présent. Nous n'avons pas vu la situation dans son ensemble. Nous n'avons pas de perspective céleste. Donc, pour commencer, nous devons nous vider de toutes nos idées préconçues et rechercher la volonté du Seigneur et le Royaume du Seigneur, quand nous prions, car cela sanctifie vraiment le Père.

 

"Donne-nous aujourd'hui le pain qu'il nous faut. Pardonne-nous le mal que nous avons commis, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont fait du mal." (Matthieu 6:11-12) PDV.

 

Le Seigneur ne nous dit pas de ne pas lui faire nos demandes qu’il connait déjà. Il convient de le reconnaître avec respect et gratitude  tous les jours, comme notre fournisseur et celui qui pardonne. La différence est la suivante. Quand nous prions la Volonté et le Royaume, quand nous nous oublions nous et notre agenda, quand nous venons au Seigneur pour répondre à son besoin, alors nous trouverons nos besoins satisfaits: mais même si ils ne sont pas satisfaits, cela ne nous fera rien. Notre désir est pour Lui, alors aussi longtemps que nous sommes dans Sa Volonté et Son Royaume, la question de savoir si mes besoins personnels sont satisfaits revêt une importance secondaire. La prière n'est pas le moyen par lequel mes besoins sont satisfaits. C'est le moyen par lequel les besoins de Dieu sont satisfaits. Maintenant que je prie au nom de la Volonté de Dieu et du Royaume de Dieu, maintenant que je suis en train de prier sur la même longueur d’ondes que la volonté de Dieu pour les siècles, il sera sûr de me fournir ce dont j'ai besoin (en effet, rien ne peut l'empêcher, car rien n'a pu l’empêcher durant des milliards d'années). Comme j’ai cherché d'abord le royaume, tout ce qui est nécessaire me sera ajouté. Pas à cause de moi, voyez-vous, mais à cause Lui. Comme je me suis investi dans Son Royaume, il s'est investi dans mon bien-être. Comment pourrait-il en être autrement ?

 

Car, après tout, où est le Royaume ? Ici ou là, dans l'avenir ou dans le passé ? Non, le Royaume est en nous (Luc 17:21). Quand nous prions la Volonté de Dieu et le Royaume de Dieu, ne demandons-nous pas à Christ d’augmenter pour que nous diminuions ? Ne demandons-nous pas à Christ d’avoir une plus grande suprématie en nous individuellement en tant que disciples ? Pour l'instant, oublions de rassembler l'Eglise ou d’amener tout le monde à voir la même chose. Si chacun de nous a prié ceci sans avoir de but que nous-mêmes, cela n’inclurait-il pas par extension toute l'Église, dont nous sommes les membres ? Donc, nous prions pour que Christ ait la suprématie en nous individuellement en tant que disciples, dans l'Eglise collectivement, et dans toute la création collectivement. Nous nous alignons avec des forces très puissantes, qui travaillent tous ensembles pour l’ultime dessein de Dieu.

Maintenant que vous considérez le pain comme quelque chose de physique ou de spirituel (ou les deux), il est fourni quotidiennement. Et, chaque jour, le pardon des péchés est mis à disposition. Le pain parle de notre vie et le pardon des péchés parle de notre marche. Chaque jour, nous avons besoin de la vie pour vivre. Chaque jour, nous offensons les autres, et chaque jour nous offensons  Dieu. Donc, tous les jours nous avons besoin de pardon. Franchement, tout ce que nous pouvons penser que nous avons besoin se résume en ces deux choses. Tout le reste c’est bon de l'avoir, et Dieu peut être heureux de l’accorder, mais ces choses ne sont pas absolument nécessaires. Personne n'a de "droit" scripturaire de faire des demandes au Père pour tout ce qu'il veut, pas plus que mes enfants devraient s’attendre que je leur donne tout ce qu'ils me demandent.

 

Puisque nous sommes déjà bénis de toute bénédiction spirituelle en Christ (Ephésiens 1:3), l'essentiel de nos prières devrait être centrée sur la volonté de Dieu et non pas sur nos besoins. SAUF - et c'est là que ça devient intéressant et puissant - à moins que ce que nous voulions, soit ce qu'il veut. Dieu ne refusera pas la prière qui est en accord avec ce que Lui-même veut faire. En fait, Il est celui qui nous fait connaître Sa volonté, afin que nous puissions exprimer notre accord dans la prière, pour  que cela s’accomplisse. La conformité à Christ inclut vouloir ce qu'Il veut, et si cela se produit en nous, cela va se manifester d'abord dans notre prière, car c'est là que l'échange de sa vie pour ma vie se déroule. Et à l’heure qu’il est, nous devrions déjà savoir que Dieu veut seulement UNE CHOSE. Finalement, c'est tout ce que nous voudrons, et c'est tout ce que nous pourrons pour prier. La meilleure façon de satisfaire vos besoins dans la prière c’est de vouloir seulement UNE SEULE CHOSE.

 

"Et ne nous expose pas à la tentation, mais délivre-nous du Mauvais. Car c'est à toi qu'appartiennent le royaume, le règne, la puissance et la gloire, pour toujours. Amen.” (Matthieu 6:13). BFC

 

Alors que nous commençons avec le Royaume, nous terminons avec le Royaume. Sur quelle base pouvons-nous prétendre à la délivrance du mal ? Sur la base que le Royaume est de Dieu, la puissance est de Dieu, et la gloire est de Dieu.

 

Qu'est-ce que le mal ? Tout ce qui est de l'Antéchrist est mal. L’Antéchrist résiste au mouvement de Dieu vers Christ en tant que Tout en Tous. Que cela aboutisse ou non à un dictateur dans les derniers jours (comme Néron) cela n'est pas la question. L’Antéchrist a été avec nous depuis le commencement. L'esprit de l'Antéchrist a toujours résisté à la prééminence de Christ, de la rébellion de Lucifer jusqu’aux péchés de votre chair. Une chose n'a pas à être mauvaise pour être diabolique. Elle peut ressembler à un ange de lumière. Bien sûr, les mauvaises choses sont mauvaises, mais apparemment, même les bonnes choses sont mauvaises si elles ne nous ramènent pas davantage vers Christ en tant que Tout en Tous. Donc, si le plus grand bien de Dieu est Christ, alors tout ce qui est inférieur à Christ ou en dehors de Christ est mauvais.

 

Tant de gens ont l'impression que le diable a un royaume, mais une recherche dans l'Écriture ne parvient pas à produire un seul élément de preuve pour suggérer cela. "Car c'est à toi qu'appartiennent le royaume." Le royaume appartient à Dieu. Dieu n'a jamais rien donné au diable. Même dans l'Ancien Testament, avant que Jésus soit sur la terre, il est dit:

"La terre est au Seigneur, et tout ce qu'elle renferme: le monde, et ceux qui l'habitent" (Psaumes 24:1). Encore une fois, beaucoup sont obsédés par le prétendu «pouvoir» des ténèbres, et toute personne qui a la capacité de tromper l'autre, a la capacité de le contrôler, mais ici, on nous dit "c'est à toi qu'appartient la puissance." Il n'y a aucune puissance intrinsèque des ténèbres, il n'y a qu'un pouvoir sur les individus acquis par la tromperie. La vraie puissance n'est pas détenue par les ténèbres, mais par Dieu, par Jésus-Christ, dans le ciel aussi bien que sur la terre (Matthieu 28:18). Enfin, "c'est à toi qu'appartient la gloire." C'est cette gloire de Christ comme elle est en faite qui se manifeste à nous par une révélation, et cette gloire se manifeste réellement dans les cieux aussi bien que sur toute la terre (Psaume 8).

 

Maintenant, si nous regardons soigneusement ces trois éléments - le règne, la puissance et la gloire - nous voyons que c'est autant pour la terre que pour le ciel. Cela représente vraiment tout ce que "au ciel, comme sur terre" signifie.

Pourtant, il y a, sur la terre, quelque chose qui semble contester la prééminence de Christ, comme pour dire qu'il y a un autre royaume, une autre puissance, et une autre gloire, que cela vienne des hommes ou de Satan (Luc 4:5,6 ). Prier de cette façon c’est déclarer le contraire. Il s'agit de se tenir sur la terre et de témoigner qu'il n'y a qu'un seul royaume, une seule Puissance et une seule Gloire, et elles appartiennent au Père et à son Christ. Bien sûr, nous devons voir cela et y croire pour prier de cette façon. Mais cela est essentiellement le témoignage de Jésus et le ministère des vainqueurs.

 

La chose qui entrave le plus notre prière, c'est la petitesse de notre vision. La prière est seulement un moyen pour une fin, et la fin est de voir Christ établi comme celui qui a la suprématie sur la terre comme au ciel. La prière nous aligne avec le cœur de Dieu, afin que nous désirions seulement la seule chose qu'il désire.

 

Nous ne pouvons pas, nous ne devrions pas, avoir la foi dans la prière en elle-même. Comme il est facile de mettre notre confiance dans une méthode ou une technique pour prier et commencer notre relation avec Dieu comme un païen le ferait. Comme c’est facile de mettre notre confiance en l'homme et commencer une relation avec Dieu comme un hypocrite. Il est intéressant de voir que bien que "la Prière du Seigneur" soit puissante, elle est néanmoins faite derrière des portes closes, et en secret. La bible ne nous dit pas que nous devons aller à des points stratégiques du globe afin d'exercer notre autorité. La bible ne nous donne pas les noms des démons ou des principautés avec lesquelles nous devons nous engager. Pas du tout. Dans notre chambre de prière, une fois que la porte est fermée, nous prions simplement de cette manière le Père, et il nous le récompensera ouvertement.

 

Et ne l'oublions pas, Christ est notre récompense. Nous ne cherchons pas ces choses, mais nous le cherchons Lui. Nous ne cherchons pas notre Royaume, mais le sien. Nous ne comptons pas sur notre puissance, mais sur la sienne. Et alors que nous sommes diminués, il augmente, et sa gloire est révélée et rendue manifeste en nous et à travers nous. C'est la vraie prière, à condition que nous soyons prêts à laisser notre terrain et à venir sur son terrain, en priant sa volonté et non la nôtre.

 

O Père, révèle Ton Fils en nous. Apprends-nous à prier. Que ton Nom soit sanctifié. Nous nous tenons pour ton royaume et ta volonté sur la terre. Que ton règne vienne - en nous. Que ta volonté soit faite - en nous. Au ciel, comme sur la terre. Nous te remercions parce qu’alors que nous cherchons d'abord ton royaume, tout ce qu'il nous faut nous est fourni. Délivre-nous de tout ce qui est de l'Antéchrist, de tout ce qui est naturel, de tout ce qui est chair et du sang, de tout ce qui est charnel, de tout ce qui est terrestre, et établit nous dans le royaume de ton cher Fils. Nous ne reconnaissons pas de royaume, que le tien, pas de pouvoir, que le tien, pas de gloire que la tienne. Qu'il en soit ainsi pour toujours. Amen.

 

Chip Brogden



19/08/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 246 autres membres