Le Sentier des Justes en Christ

Le Sentier des Justes en Christ

4 QUESTIONS SUR L'EVANGELISATION

 

1.Quand les croyants marchent dans la culture comme vous le décrivez n’y a-t-il pas danger de syncrétisme, le mélange de choses de cette culture et du système de conviction avec les choses du Nouveau Testament ?

 

 Oui, c'est toujours un danger. Pourtant, nous sommes très forts pour voir des choses d'une autre culture qui peut ne pas être vertueuse quand elle est mélangée avec l'Évangile du Royaume, mais nous sommes très mauvais pour voir notre propre syncrétisme (un mélange d'éléments pris dans différentes croyances).

 

 Certains de l'ouest peuvent être dérangés si un croyant d’origine Musulmane prie cinq fois par jour ou garde le jeune Musulman même si ce croyant prie clairement Jésus, en regardant à Jésus pour toutes les choses et en risquant sa vie. Pourtant, je suis beaucoup plus interpellé par la façon dont le matérialisme occidental, l'égoïsme et l'avarice sont entrés dans la vie de tant de gens et qui ont fait d’une grande partie de l'église un culte de la prospérité. Je suis beaucoup plus dérangé par le nombre de gens qui ont accepté d'accentuer notre culture sur le don, la personnalité, la célébrité et le privilège et ont transformé des sections entières de l'église en cultes de la personnalité. Nous avons baptisé l'avarice un désir pieux et des styles de vie intéressés, bénédiction de Dieu.

 

2.Si vous ne prenez pas d'argent, comment pouvez-vous faire des œuvres de clémence et aider les pauvres ? Cela ne fait-il pas partie de notre tâche ?

 

 Oui, nous levons des fonds pour deux buts fondamentaux, celui d’envoyer des équipes apostoliques dans de nouvelles régions et celui d’aider les pauvres. Cela fait partie de notre tâche.

 Pourtant, la question est comment réalisons-nous cette tâche ?  A votre avis quelle est la meilleure façon d'aider des orphelins dans une société de fermiers du village ? Devriez-vous construire des institutions de style occidental aux normes occidentales qui exigent le financement occidental en cours et l'expertise pour fonctionner ou devriez-vous aider des familles locales et les former à prendre des orphelins ? Dans l'orphelinat occidental ils auraient des douches chaudes et des toilettes avec chasse d'eau pendant que dans les maisons locales il n'y aurait aucune plomberie intérieure.

Qu'est-ce qui serait le meilleur ?

 

 L'institution de style occidentale demande beaucoup d'argent et peut aider seulement très peu d'orphelins dans la population. Elle exige beaucoup d'expertises et est ainsi difficile à multiplier. Les gens du pays ne peuvent pas la diriger ou la multiplier comme un moyen pour soigner les orphelins dans leurs villages et leurs villes. C’est trop compliqué et cela demande des ressources qu'ils n'ont pas. De telles institutions renforcent la pauvreté, l'incapacité et la dépendance de la population locale. Ils font aussi des enfants qui ne peuvent pas vivre dans leurs communautés locales ; qui veulent maintenant des styles de vie occidentaux et des moyens.

 

Et si nous aidions les familles locales à prendre soin de leurs propres enfants et de leurs orphelins dans leurs propres maisons ? A quoi cela ressemblerait-t-il ? Cela pourrait ressembler exactement à ce que certains amis font au Kenya quand ils ont aidé une famille locale avec les dons de bicyclettes pour qu'ils puissent gagner de l'argent comme “ bicyclette taxis ” et emmener vingt gamins. Les enfants vivent comme n'importe quel enfant dans cette culture et le modèle est simple et multipliable dans la culture. Ce modèle donne un peu d'espoir de fournir vraiment des maisons à tous les orphelins de cette culture puisqu'il peut être multiplié avec les ressources locales. Ce modèle permet de libérer la créativité, l’initiative et crée l'indépendance.

 

Nous ne pourrions jamais construire ou avoir le personnel pour qu’il y ait assez d'orphelinats de style occidental pour répondre à un besoin, alors pourquoi continuons-nous à faire des projets si coûteux avec une expertise intensive ? Ils nous font nous sentir bien. Ils nous font nous sentir puissants. Et oui, cette dynamique change, mais il y a toujours des longues façons d'entrer dans beaucoup de régions. Nous devons penser local, simple, multipliable, créatif, durable et autonome.

 

3.Que faites-vous des besoins auquel vous ne pouvez pas répondre ?

 

Espérez-vous que Dieu voie des besoins encore plus profondément que vous ? Priez-vous pour des ouvriers pour ce champ ? Priez-vous pour la multiplication de ressources limitées ? Priez-vous pour de nouvelles idées créatrices afin de résoudre de vieux problèmes ? Cherchez-vous des associations stratégiques avec ceux qui ont différent appels, des dons et des ressources ? Ouvrez-vous des portes pour eux ? Ou limitez-vous Dieu à ce que vous pouvez faire ?

 

 Le Brésil a un grand problème avec les enfants de la rue. Ces gamins se droguent, reniflent de la colle et volent pour vivre. Dans quelques cas on a su que la police locale leur tire dessus comme des chiens égarés. Nous avons des amis qui créent des maisons pour ces orphelins en construisant des maisons où 10 ou 12 enfants peuvent vivre avec une mère et un père adoptif. Leurs maisons sont magnifiques mais des milliers de gamins restent dans les rues. Une association d'églises au Brésil a demandé au gouvernement de faire quelque chose des enfants de la rue. Est-ce vraiment la responsabilité du gouvernement ? Notre ami nous a dit que si chacun des chefs d'églises évangéliques au Brésil adopterait un enfant, il n'y aurait plus aucun enfant dans les rues.

 

 Êtes-vous confronté à des besoins auquel vous ne pouvez pas répondre ? Prenez le conseil de Mère Teresa, "Commencez avec ce qui est à vos pieds." Faites ce que vous pouvez faire, ne vous concentrez pas sûr ce que vous ne pouvez pas faire et ne regardez pas ce que les autres ne font pas.

 

4.Comment savez-vous où Dieu vous envoie ? Jésus leur a donné des villes où Il allait passer. Comment savoir où nous devons aller ?

 

Nous devons écouter et agir. C'est la raison pour laquelle la fondation de l'église est les prophètes et les apôtres. Nous pouvons avoir beaucoup de bonnes idées mais écoutons-nous vraiment ?  Reconnaissons-nous la langue des rêves et des visions comme Pierre dans Actes 10 ou Paul dans Actes 16 ? Reconnaissons-nous les ouvertures relationnelles et les rendez-vous divins comme Paul dans Actes 18:1-3 ?

 

Écoutons-nous les désirs à long terme de nos cœurs ? Qu’est-ce que Dieu a placé en vous ?  De quoi rêvez-vous, que priez-vous, à quoi pensez-vous ? Dans quel but avez-vous la foi et la grâce ?  Etes-vous êtes disposés à commencer là où vous êtes ?



16/06/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 246 autres membres