Le Sentier des Justes en Christ

Le Sentier des Justes en Christ

Le peuple qui aime le corps


"Le peuple qui aime le "corps". C'est ainsi qu'au deuxième siècle, le philosophe Celse désignait les chrétiens. Il le faisait par dérision car, pour les philosophes de son école, le corps humain n'était que la prison de l'âme. Or les premiers chrétiens affirmaient leur foi en l'incarnation de Jésus Christ, c'est-à-dire au fait que le Fils de Dieu lui-même a pris un corps, selon ce que dit la Bible : "La Parole devint chair" (Jean 1.14). Le Fils de Dieu n'a pas seulement pris l'apparence d'un homme, il est devenu un homme, "semblable à ses frères" (Hébreux 2.17).

En prenant notre condition humaine pour mourir, le Fils de Dieu a participé à notre faiblesse, il a connu la faim, la soif, la fatigue. Et, dans cette condition même, il a été la révélation de Dieu, la parole de Dieu parmi les hommes.

Le mépris du corps n'est donc pas d'origine chrétienne mais provient de certaines philosophies ou de courants de pensées qui se sont infiltrés dans les pays christianisés.

L'apôtre Paul exhorte les chrétiens de Rome à présenter leur corps à Dieu en sacrifice vivant (Romains 12.1). Le chrétien n'idolâtre pas son corps, mais il ne le méprise pas non plus : il sait que son corps est le temple du Saint Esprit (1 Corinthiens 6.19). Avant notre conversion à Christ, le péché régnait dans notre corps. Maintenant tout notre être est au Seigneur ; notre corps aussi. C'est pour cela qu'il doit être nourri, soigné, gardé sans souillure, afin d'être disponible pour servir le Seigneur.



30/12/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 246 autres membres