Le Sentier des Justes en Christ

Le Sentier des Justes en Christ

OPÉRER EN TANT QUE SACRIFICATEURS ET OFFRIR LES NATIONS EN SACRIFICE !


L’énergie qui peut se trouver derrière le mouvement de combat spirituel, est le désir d’un avancement agressif du Royaume. Si Dieu t’a touché, tu ne veux pas une foi passive. Tu veux faire la différence ! Je ne suis pas passif ! Mais ayons la bonne activité ; tout comme Paul , je ne veux pas combattre « comme battant l`air » (1 Corinthiens 9v26) Nous voulons vraiment nous battre ! De grands cris contre le diable depuis un scène peuvent impressionner certaines personnes qui ne connaissent pas leurs bibles, mais c’est se battre contre des ombres. Allons au vrai combat !
Il faut peut-être que nous définissions quelques métaphores (peut-être plus qu’un peu, d’ailleurs !). La métaphore du combat est juste et puissante en plusieurs points. Mais Dieu n’a jamais voulu une nation de guerriers ! Il veut une nation de prêtres, de sacrificateurs. David n’a pas pu construire le temple, la maison de Dieu de cette époque, parce qu’il était un homme de guerre. (1 Chroniques 28v3) En est-il de même pour nous ? Je le crois sérieusement si nous poursuivons un but fixe de « repousser les ténèbres » (Et oui, je met l’expression entre guillemets, au vu de son utilisation dans la littérature du combat spirituel. Qui de sensé voudrait repousser les ténèbres ? Les gens sains allument simplement la lumière !)
Comment Paul voyait-il son ministère ? il n’était pas passif ! Il comprenait le désir de Dieu pour une nation de sacrificateurs. Il comprenait que ce désir s’accomplissait avec la nouvelle alliance. Il aurait complètement approuvé ce que Pierre dit dans sa 1ère épitre, au chapitre deux, que chaque « enfant nouveau-né » fait partie du « saint sacerdoce » dont le but est de « offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus Christ. »
Si nous regardons Romains 15v16-21 nous pouvons voir l’image que Paul avait de lui-même. Le v 16 nous dit : « d`être ministre (prêtre) de Jésus Christ parmi les païens, m`acquittant du divin service de l`Évangile de Dieu, afin que les païens lui soient une offrande agréable, étant sanctifiée par l`Esprit Saint. » Paul se voyait comme un sacrificateur qui faisait son ministère devant l’autel de gloire qui est Jésus-Christ, et plaçant les nations sur cet autel en ayant confiance que le feu du Saint-Esprit allait tomber sur elles et les rendre en une offrande acceptable !
Les puissances des ténèbres ne sont même pas mentionnées ! Et pourquoi le seraient-elles ? Paul est un prêtre debout dans la gloire et il offre un sacrifice. Quel démon pourrait se trouver à cet endroit ? Et quel sacrifice ! Il avait accepté son rôle et son appel d’apôtre des nations et il nous montre maintenant comment il voit son ministère devant l’autel de gloire, qui est Jésus-Christ. Il se voit en train d’attendre que le feu descende pour sanctifier l’offrande !
Il n’était pas passif ! « Car je n`oserais mentionner aucune chose que Christ n`ait pas faite par moi pour amener les païens à l`obéissance, par la parole et par les actes, par la puissance des miracles et des prodiges, par la puissance de l`Esprit de Dieu, en sorte que, depuis Jérusalem et les pays voisins jusqu`en Illyrie, j`ai abondamment répandu l`Évangile de Christ. Et je me suis fait honneur d`annoncer l`Évangile là où Christ n`avait point été nommé, afin de ne pas bâtir sur le fondement d`autrui » (Romains 15v18-20)
Lorsque l’on parle de faire le ministère d’un prêtre (ou sacrificateur) certains ont tout
Harvest Now – Steve & Marilyn Hill
18/18 Révélation de la gloire de Jésus
de suite l’image de robes noires, d’encens, de chants et de rituels répétitifs. Tout cela est bien passif. Mais il nous faut revoir notre image ! Un prêtre sous l’ancienne alliance était responsable de tuer, saigner, écorcher, couper les morceaux des boeufs, veaux et brebis et de les placer sur l’autel. C’était un gros travail de tuer et découper une seule bête, je le sais, je l’ai fait ! Les chèvres et le moutons sont plus petits, mais c’est aussi un bon travail !
Les moutons vont sans problèmes jusqu’à l’endroit où ils vont se faire égorger (d’où l’expression comme un agneau à la boucherie) parce qu’ils ne comprennent pas ce que l’odeur du sang signifie. Par contre les bovins deviennent fous. Une fois que l’odeur du sang est dans l’air, on ne peut pas les amener à l’endroit de l’abattage. C’est pour cela qu’il y a l’instruction « d’attacher le sacrifice de la fête aux cornes de l’autel » SI vous ne l’attachez pas correctement, il est parti ! Parfois il y avait des centaines, voire des milliers de sacrifices offerts. J’ai de la peine à imaginer comment ils faisaient avec les abats, les peaux et la viande. Comment géraient-ils tout ça sans machines !
L’important dans tout cela ? Être prêtre n’était pas pour les faibles, passifs ou efféminés ! Effacez de votre tête cette image païenne catholique ou protestante du gentil monsieur et regardez ce que Paul voyait ! Il voyait du sang et des tripes, il entendait des râles et des rugissements, il sentait l’odeur du sang et du feu. Ses habits étaient couverts de sang et ses pieds d’abats. Il voyait les hommes forts de la nation en train de soulever des parties d’animaux, parfois des carcasses entières et les placer sur l’autel en feu ! Il voyait la fumée noire et avait l’odeur de chair brûlée dans les narines. Il voyait des montagnes de graisse et des rivières de sang ! Il servait un Dieu qui répondait par le feu, par des signes et des prodiges !
Il plaçait les nations païennes sur l’autel de gloire et nous faisons partie de son sacrifice. Il n’a pas demandé notre permission. Il a rempli son ministère secret, puis il est parti pour qu’ils deviennent obéissants, par des paroles, par des oeuvres, des signes et des miracles par la puissance du Saint-Esprit.
Il savait que l’évangile n’a aucune puissance tant qu’il n’est pas déclaré et démontré. Ce qui enlève la puissance des principautés, c’est la diminution du nombre de personnes qui croient en elles. C’est là que nous intervenons ! Elles ont de la puissance proportionnellement au nombre de gens qui les craignent et croient en elles.
Notre combat est accompli. Nous ne devons pas perdre notre temps en essayant de faire ce que Jésus à déjà fait. Nous devons prendre notre place de prêtres et offrir les nations à Jésus. Nous devons prier pour le feu descende et sanctifie le sacrifice. Nous devons aller de l’autre côté de notre rue et parmi les nations pour aller chez les gens, s’asseoir avec eux, partager leurs vies, chasser les démons qui les affligent et soigner leurs corps. Nous devons leur proclamer le Royaume ! Ce n’est pas à eux de venir vers nous. C’est notre responsabilité d’aller à eux.
Nous devons mettre en pratique les paroles de notre Maître de Luc 10v1-10. il a toute autorité. Il a enlevé tout ce qui pouvait nous entraver. Nous n’avons pas d’excuses. Le chemin vers l’autel de gloire est ouvert. Le sacrifice attend d’être offert à Jésus
Qu’attendez-vous ?



22/09/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 246 autres membres