Le Sentier des Justes en Christ

Le Sentier des Justes en Christ

UNE PRIÈRE TRÈS SPÉCIFIQUE ET UN PROBLEME DE GEOGRAPHIE

 

La demande “d'envoyer des ouvriers dans Sa Moisson” semble passive (au moins en français). Nous envoyons des lettres, nous envoyons des e-mails, nous envoyons nos félicitations ou nos condoléances. Pourtant, dans Luc 10, ce verbe devrait dépeindre un tableau d'un fermier jetant sa semence sur son terrain de sa main. Jésus est-il le Seigneur de nos vies au point qu'Il peut nous prendre dans Ses mains, de notre monde de confort, de notre familiarité et notre sécurité et nous lancer dans Ses champs de moisson ? Sommes-nous disposés à tomber dans la terre et devenir invisibles et mourir afin que nous puissions porter beaucoup de fruits ? Quelle est notre motivation ? Voulons-nous utiliser Dieu pour que nous puissions recevoir de Lui ou désirons-nous vraiment Sa gloire ?

 

Méditez sur Jean 12:23-26 ! Si nous servons et suivons Jésus, nous serons avec Lui là où Il est et nous serons honorés par le Père. Où était Jésus en ce temps-là ? Il ne parlait pas d'un endroit dans l'espace ou le temps, mais où Il était en relation et que l'endroit relationnel était dans le cœur de Son Père. Nous ne pouvons exprimer le cœur du Père que si nous savons que nous vivons dans le cœur du Père. C'est ce que Jésus connaissait et c'est ce qu'il veut que nous connaissions.

 

Très peu de mouvements de Dieu sont venus du centre respectable et confortable de la société. La plupart ont commencé avec les marginaux parmi les pauvres, ceux qui étaient désespérés et brisés. Et très peu de mouvements de Dieu ont commencé en invitant les gens à venir à leurs réunions parmi ces marginaux de la société. Nous devons aller aux limites.

 

Quelqu'un a dit que l'église a un problème de géographie. Jésus nous a commandé d'aller et nous continuons à demander au monde de venir à nous. Pourquoi le faisons-nous ? Si quelqu'un entre dans mon espace, il vient là où je contrôle la situation, où je connais les règles orales et où je suis à l'aise. Plus il y a de personnes qui entrent dans mon espace, plus je contrôle de ressources, plus je deviens puissant. Plus il y a de personnes qui entrent dans mon espace, plus j'ai l'air d'avoir réussi. Réunir des foules a changé beaucoup de leaders en rois, avec des styles de vie de cadres accomplis.

 

On l'a appelé le "modèle d'attraction”[1] de la croissance de l'église. Le problème est que la plupart d'entre ceux qui ont été attiré sont déjà des croyants, mais des croyants qui cherchent une meilleure affaire. Est-ce notre tâche en tant que croyants de trouver une communauté qui pourvoit à nos besoins perçus comme tels, ou est-ce notre tâche de créer une communauté pour ceux qui n'en ont pas ? Il devrait être clair que nous ne sommes pas des acheteurs ou des consommateurs d'expériences spirituelles. Nous devons être des ouvriers dans les champs de la moisson.

 

La vérité est très simple. Ceux qui ne sont pas encore des disciples de Jésus ne viennent pas généralement à nos réunions, peu importe comment nous sommes oints. Cela ressemble à un fermier se tenant debout à la porte de sa grange et qui crie à la moisson, “Entre moisson ! Nous avons une grange très agréable avec tout l'équipement pour ton confort et tes commodités. Notre adoration est excitante. Ce que nous prêchons est oint. Notre protection infantile est au top.”

 

Vous diriez qu'un tel fermier a perdu la raison. Si sa moisson doit entrer, il doit aller la chercher et la rentrer. C'est cette sorte d'ouvriers pour laquelle nous devons prier. C'est ce que le Maître de la Moisson nous ordonne de faire.



[1] Michael Frost & Alan Hirsch, The Shaping of Things to Come, Hendrickson Publishers, 2006, page 225. 



06/03/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 246 autres membres